Quelles solutions pour les aménagements paysagers ? » architecturedz | Bloguez.com ♥ Blog

 Quelles solutions pour les aménagements paysagers ?

16/3/2009

Quelles solutions pour les aménagements paysagers ?


Il est urgent aujourd’hui de réfléchir à résoudre ce problème majeur qui touche l’ensemble de nos agglomérations, en faisant appel à des experts-conseils spécialisés en études d’impact paysagère sur les milieux urbains afin de proposer de nouvelles mesures.

 

Celles-ci nous permettront de tracer les grandes lignes pour résoudre nos problèmes urbains actuels avec un aspect paysager, dans un premier temps, avant d’engager les grands travaux d’aménagement et de réhabilitation avec des entreprises de réalisation, munies d’une équipe d’ingénieurs et de techniciens compétents dans les techniques de réalisation des aménagements urbains, en suivant à la lettre les études d’aménagement paysager déjà achevées par les ambulanciers de l’urbanisme moderne, choisies selon les procédures légales de la législation en vigueur et loin des abus de pouvoir ou du passe-droit que certains de nos responsables ont hérité du temps du système socialiste. Car il n’y a plus de sens commun de la part de nos aménageurs, qui s’imposeraient à l’ensemble des acteurs sociaux afin de dissuader les citoyens inciviques de dégrader leur cadre de vie et les espaces verts de leurs milieux urbains. C’est en étudiant la relation de notre société à l’espace public en milieu urbain et les échecs de nos expériences précédentes en matière d’aménagements urbains, qui ont abouti à cette chimère et qui continuent à infester nos agglomérations, que nous réussirons à mettre en place un premier pas vers une solution globale pour améliorer le paysage de nos milieux urbains. Bien sûr, tout en fixant comme objectif d’arriver à proposer une armature conceptuelle susceptible d’être appliquée au sein de nos agglomérations pour atteindre le sens désiré de faire de nos milieux urbains un cadre de vie amélioré avec des espaces verts paysagers, à nos citoyens et aux millions de touristes étrangers - qui viendront visiter notre pays dans quelques années , si l’objectif touristique est atteint dans les délais. Parce que pour aménager nos milieux urbains, on continue à faire appel à une interdisciplinarité de maître d’œuvre et d’entreprises de réalisation, qui s’y développent avec des faiseurs d’aménagements disparates, sans faire appel aux architectes paysagistes - appelé en Occident les ambulanciers de l’urbanisme moderne -, que nous continuerons à faire de nos agglomérations des lieux où les citadins jouent aux dominos sur les places publiques. L’architecte paysagiste, qui offre un savoir-faire professionnel en planification et design des aménagements urbains et des espaces verts paysagers, de la préparation à la surveillance des travaux de réalisation, pratique une profession de synthèse. Mais lorsque l’envergure ou la complexité d’un projet nécessite la collaboration d’autres experts comme l’architecte ou l’urbaniste, l’architecte paysagiste dirige et coordonne les diverses disciplines liées au projet, tout en s’assurant que tous les rouages fonctionnent en douceur pour la réussite du projet d’aménagement. C’est en intégrant I’architecte paysagiste dans le processus d’amélioration du cadre de vie des milieux urbains et la création des espaces verts paysagers, que nous pouvons parler du paysage urbain de nos agglomérations. Le mot paysage continue d’évoquer fortement la nature et symbolise l’intégration des espaces verts dans le processus de planification urbaine, car le paysage ne peut guère se passer de la nature, instituée en objet distinct par les projets en milieu urbain et, par voie de conséquence, devenue de plus en plus hétérogène aux œuvres humaines à tel point que la nature, les notions de milieu, d’environnement et de paysage sont devenus la relation des sociétés à l’espace construit du milieu urbain. La réussite du grand pari de la wilaya de Aïn Témouchent pour la construction de la nouvelle ville Akid Othmane, avec un meilleur cadre de vie pour ses citoyens et l’obtention de félicitations de la part de la Banque mondiale pour l’existence d’un aspect environnemental et paysager au sein de ce projet de 3500 logements, n’est devenue une réalité en Algérie indépendante que grâce aux efforts quotidiens des premiers responsables de la wilaya. Ceux-ci ont su collaborer avec la compétence d’une équipe interdisciplinaire de techniciens et d’ingénieurs algériens, majorée, pour la première fois, d’un architecte paysagiste diplômé de Versailles, ayant apporté sa touche paysagère finale inspirée du nouveau concept paysager et son savoir-faire des normes de l’urbanisme végétal moderne, à cette nouvelle ville construite dans un délai record pour un meilleur cadre de vie des citoyens. Malgré que depuis quelques années, l’amélioration du cadre de vie de nos milieux urbains connaît un profond processus d’aménagement, elle reste toujours à l’état embryonnaire, parce qu’elle continue à buter sur les mauvaises mentalités de certains de nos responsables, érigées depuis l’indépendance, qui travaillent dans le sens contraire de l’évolution des techniques de l’aménagement urbain et des normes de l’urbanisme végétal. En effet, l’aménagement des projets urbains n’est pas accompagné de la vision paysagère des architectes paysagistes expérimentés et avec un savoir-faire pour l’élaboration des paysages urbains avec un urbanisme végétal conforme aux normes modernes et aux traditions architecturales de notre pays, loin des pratiques de faiseurs d’aménagement d’espaces verts disparates, qui n’ont, pour seule spécialité en aménagement des espaces verts paysagers, que le code du registre.

Régression

Si notre pays est presque dans une régression irréversible dans le domaine de l’urbanisme végétal et des aménagements paysagers en milieux urbains, ce n’est que parce qu’aucune mesure gouvernementale n’a été prise sérieusement pour le respect des normes de réalisation des aménagements urbains et des espaces verts paysagers. Depuis l’indépendance, la plupart de nos responsables des collectivités locales et des directions d’urbanisme considèrent les aménagements des parcs et jardins dans les zones urbaines, ainsi que la présence végétale vis-à-vis du bien-être et de la qualité du milieu urbain comme secondaires par rapport aux fonctions plus sérieuses que représentent la circulation, l’habitat et le commerce pour ne citer que les plus évidents. Parce que les forêts constituent un cadre agréable de détente pour se mettre au vert que les Algériens ne s’y trompent pas quand ils revendiquent avec force leur attachement à toute forme de présence végétale dans leurs milieux urbains, comme ils veulent que l’eau de leurs robinets, des routes appropriées et une meilleure éducation pour leurs enfants. Pour les normes de l’urbanisme végétal, les espaces végétaux, qui viennent pour agrémenter le cadre de vie du milieu urbain, sont les jardins et les espaces verts qui sont maintenant à la disposition de tous et offrent des moments de plaisir aux visiteurs, car ils sont démocratisés et ne sont pIus réservés aux seuls privilégiés comme d’antan. Pour que notre pays ne reste pas au dernier rang des pays en voie de développement, en matière d’aménagement urbain et des espaces verts paysagers, tout en satisfaisant la demande des citoyens, une batterie de textes législatifs s’avère nécessaire de la part de notre gouvernement, afin de permettre aux bonnes volontés, de nos spécialisés en amélioration du cadre de vie en milieux urbains et des quelques architectes paysagistes, d’intervenir sans gêne afin de protéger le paysage urbain de nos agglomérations et de promouvoir les aménagements des espaces verts paysagers dans nos zones urbaines, tout en mettant en place les moyens adéquats pour exiger la présence de « l’architecte paysagiste » dans l’élaboration des études et l’exécution des projets d’aménagement des paysagers urbains, avec la création en Algérie, d’un statut de bureaux d’études spécialisés en aménagement paysager loin d’un simple code de registre du commerce pour la création et la réalisation des espaces verts, qui est à la portée de toute entreprise de réalisation sans savoir-faire dans le domaine de l’architecture du paysage. Il faut que cette nouvelle « loi paysagère » soit légiférée par notre gouvernement sans un débat caduc à l’APN et qu’elle ne soit pas créée que dans le but de remplir le Journal officiel parce que comme disait le cardinal Richelieu : « Faire une loi et ne pas la faire exécuter, c’est autoriser la chose qu’on veut défendre », surtout que trop de gaspillage guette l’amélioration du cadre de vie dans les milieux urbains de nos agglomérations dans les années à venir. Si la plupart des aménagements des espaces verts récents de nos zones urbaines ont montré tout le mal que peuvent faire des aménagements aveugles au cadre de vie de nos citoyens - étant conçus de la sorte pour ne pas marcher-, il faut faire appel aux techniques de conception des architectes paysagistes qui, en concevant un aménagement paysager, le considèrent comme un élément de la nature dont ils ne lui empruntent que ce qui peut leur servir pour le faire valoir dans le but d’améliorer les paysage urbains. Les espaces verts paysagers sont une composante primordiale de l’urbanisme végétal. Si le bilan des aménagements paysagers de nos milieux urbains est connu par tous ceux qui y vivent quotidiennement, ou sont informés par les quelques écrits de la presse quotidienne, il est temps pour nous de dégager les voies rapides de l’application des solutions adéquates afin d’acquérir les moyens possibles pour intervenir efficacement dans les aménagements paysagers de nos milieux urbains, tout en alliant les besoins urgents de nos zones urbaines au respect de l’urbanisme végétal et des aspects paysagers de nos agglomérations, par la promotion et l’exigence des normes esthétiques de l’architecture du paysage. Et ce dans le but de préserver et d’optimiser l’amélioration du cadre de vie de nos citoyens, d’assurer un avenir plus durable pour nos milieux urbains et redorer la place de l’Algérie touristique, parmi le bal des nations car seule l’intelligence réfléchie des architectes paysagistes saura manier un projet d’amélioration urbaine avec des espaces verts, dans un contexte paysager jusqu’à sa réussite totale et sa pérennité, tout en respectant l’évolution des normes modernes de l’urbanisme végétal.

 

Par Meziane Abdellah

Source : http://www.elwatan.com

Category : DEBAT | Write a comment | Print

Comments

| Contact author |