1,5 million de logements inoccupés en Algérie » architecturedz | Bloguez.com ♥ Blog

 1,5 million de logements inoccupés en Algérie

19/4/2009

Logements AADL


1,5 million de logements inoccupés en Algérie

par Z. Mehdaoui

«Nous sommes assis sur une bombe àretardement», a déclaré hier M. Boudaoud du collège national des architectes,en parlant de tous les logements qui risquent de s'effondrer du fait de leur délabrementtrès avancé.

Invité du Forum El Moudjahid, cet architecte a lancé un véritable cri d'alarmequant au danger que représentent ces habitations pour leurs occupants.

D'après le représentant du Centre du contrôle technique de la construction (CTC)M. Oukaci, quelque 259 bâtisses menacent ruine dans 7 communes de la capitale,notamment à la Casbah,Bab El-Oued, Sidi M'hamed, Alger-centre ou encore à El-Harrach, une banlieue àl'est d'Alger.

C'est du moins ce que révèle une étude réalisée par le CTC, ces dernièresannées, au niveau de la capitale et dont les conclusions ont été transmises auxresponsables concernés.

Boudaoud a souligné que la politique suivie jusqu'ici consiste en laréalisation du neuf en oubliant de restaurer le vieux bâti dont certaineshabitations sont plus que centenaires.

Cette manière d'agir, a-t-il expliqué, ne viendra jamais à bout de la crise dulogement puisque qu'il n'existe aucune stratégie de rénovation dans notre pays.

Il soulignera qu'en 1984, l'OPGId'Alger a timidement commencé à rénover les bâtiments qui relèvent de lui, maisl'opération a vite été mise au placard.

Et d'ajouter que c'est la seule véritable opération d'entretien qui a étélancée mais qui malheureusement n'a pas fait long feu.

Il semblerait ainsi que les leçons du séisme de 2003 n'ont pas été tout à faitprises au sérieux par les autorités.

M. Boudaoud pointe du doigt les présidents des Assemblées populaires communales(APC), en particulier dans la capitale, qui ne disposent, dit-il, d'aucunestratégie, ni programme pour faire face à ce problème. Pis, le représentant ducollège national des architectes dira que les maires en question ne se sontjamais réunis et n'ont pas organisé de rencontre pour discuter du problème ettrouver des solutions, du moins de substitution en attendant un règlementdéfinitif.

Cet avis n'est pas totalement partagé par le représentant du CTC qui soulignerapour sa part que l'Etat s'est penché sérieusement sur le bâti ancien et quel'opération a commencé juste après le séisme qui a ébranlé le nord du pays etqui avait fait pour rappel des milliers de morts et de sans-abri.

Le représentant du CTC, en parlant de la rénovation des habitations, pensaitbien évidemment à l'opération lancée par les autorités pour le «confortement»des logements touchés par le séisme.

Cela a fait régir un autre intervenant qui soulignera que n'importe queltâcheron ne peut pas prétendre rénover des logements et qu'il faudrait aupréalable mettre des mesures coercitives pour obliger les entrepreneurs àtravailler selon les normes en vigueur, ce qui n'a pas été le cas après leséisme où des milliers d'habitations ont été juste «rafistolées», ce qui n'arien changé à leur situation.

En tous les cas, les intervenants étaient unanimes pour dire que le vieux bâti- 850 000 unités ont été construites avant 1945 en Algérie - représente undanger réel si un véritable programme de rénovation n'est pas mis en place. M.Lakhdar Benkhaldoun, un expert qui a pris part au débat du forum El Moudjahid,exhortera les autorités à investir dans la prévention puisque même des«bâtiments stratégiques» sont concernés par le problème.

Cela commence inéluctablement par le recensement du patrimoine par lescommunes, ont déclaré les intervenants qui regrettent par ailleurs l'absencedes élus et des P/APC à cette conférence.

Le représentant du collège national des architectes, M. Boudaoud, a déclaréhier que pas moins de 1,5 million de logements sont actuellement inoccupés enAlgérie.

«Il faut que ces logements soient taxés» pour pousser leurs propriétaires à leslouer, ce qui va diminuer de la crise de logement et du coup renflouer lescaisses de l'Etat.

Boudaoud propose une taxe de 10% la première année pour atteindre 60% latroisième année si les propriétaires ne se conforment pas à la loi avant,dit-il, de carrément les mettre en demeure.

L'invité du forum, qui plaide pour la création d'une agence nationale deréhabilitation, a fait état par ailleurs de l'existence de 1.175.000 logementsqui ne sont pas achevés en Algérie, selon des chiffres de l'Office national desstatistiques (ONS).

 

 

Source : http://www.lequotidien-oran.com

Category : DEBAT | Write a comment | Print

Comments

Carolyn Ventura, le 16-10-2016 à 14:39:27 :

Thanks

This information is really constructive and useful for best essay writing service review. Algeria is really great and i think the development is keep on going in the country. I am happy to read this news as we can say now that the developing countries are now progressed.

| Contact author |